• Rythmes scolaires à Beuvry: l’opposition sort du silence

      

    On dit souvent « mieux vaut tard que jamais ».
    Ce n’est pas toujours vrai !
    Quand il s’agit de sauver une situation une réaction tardive ne sert plus à rien.
    Ou alors, pour rattraper le temps perdu, il faut « mettre les bouchées doubles ».

     

    Nous avons constaté qu’une partie de l’opposition (une partie seulement)  réagissait suite à l’expression de nombreux mécontentements sur les rythmes scolaires.

    Bien sûr, il est facile de dire que « les gens râlent mais mettent quand même leurs enfants aux TAP ». Avec un sous-entendu stupide que finalement ils ne sont pas si mécontents.
    Mais comment faire autrement ?
    Une fois que la décision a été prise d'appliquer cette réforme, les parents n'ont pas d'autre choix en particulier si les 2 parents travaillent.

     

    Si toutes les personnes qui disent « défendre les intérêts des Beuvrygeois » s’étaient mis du côté des parents dès 2013, il y aurait sans doute eut un vrai débat. C’est un peu tard maintenant.

    Est-ce qu'il est trop tard ? Peut-être pas ; mais alors comme nous l'avons écrit dans notre introduction , il faut « mettre les bouchées doubles ».

    Espérons que les opposants continuent maintenant jusqu’à l’abrogation du décret et qu’il ne s’agit pas d’un sujet « à la mode » pour faire parler d’eux.

     

    En tout état de cause nous remercions toutes les personnes de toutes tendances politiques, de faire ne sorte que Beuvry ne reste pas la dernière ville de France sans opposition aux nouveaux rythmes scolaires !

    Nous espérons aussi que les arguments utilisés soient vraiment au cœur du problème et non sur les querelles politiques de la ville.

     

    Mesdames et messieurs de l’opposition municipale, l’opposition aux nouveaux rythmes scolaires dépasse tous les clivages politiques. Il y a de nombreuses raisons de les refuser :

     

    -          Les rythmes des enfants ne sont en rien respectés, bien au contraire les enfants seront fatigués au bout de quelques semaines comme dans les communes qui ont adopté la réforme en 2013 !

    -          Cette réforme est contraire aux principes d’inégalité entre les Français car certaines communes n’ont pas la possibilité de mettre en place des TAP de qualité (financement, personnel formé, locaux).

    -          L’Education Nationale et ses personnels se verront peu à peu « territorialisés », mettant en danger les principes d’égalité de droit de tous les élèves face à l’instruction.

    -          Nous craignons une mise en danger des écoles communales car de très nombreuses communes rurales, ne pouvant faire face, seront poussées à abandonner leur compétence scolaire et donc leur école elle-même à la Communauté de communes.

    -          Nous craignons la fermeture d’écoles de quartier car face au coût des activités périscolaires, certaines communes risquent de fermer des écoles et d’envoyer les élèves dans une autre école plus importante.

    -          Les conditions de travail des enseignants sont totalement ignorées. La coupure du mercredi n’est pas une journée de vacances ! Elle sert à préparer les cours, de corriger les devoirs et les cahiers, etc.

    -          Les salles de classe utilisées pour les activités périscolaires, amènent la confusion entre les règles de la classe et celles du périscolaire.

    -          Les écoles deviendraient l’enjeu d’intérêts locaux étrangers aux besoins des élèves. Les horaires seront à l’avenir soumis aux fluctuations des majorités locales !

    -          Les associations culturelles et sportives sont dans l’impossibilité d’organiser des activités le mercredi matin, elles doivent trouver des créneaux l'après-midi, voire à multiplier les activités le soir, après l'école et donc ajouter encore plus de fatigue !

    -          Et si certains sont plus intéressés par l’argent que par le bien-être de nos enfants, ils doivent savoir que dès l’année prochaine, les contribuables, et les parents d’élèves en particulier, seront mis à contribution, puisque les aides financières de l’Etat pour les TAP sont temporaires.

    -          ….

     

    Si comme vous êtes réellement contre cette réforme dans l’intérêt des enfants, affutez vos arguments (nous vous en avons donné plusieurs ci-dessus), allez voir les parents, proposez des « actions » bien réelles et pas seulement pour la presse !

      

    « Rentrer dans les rangs ? Non merci !L’opposition s’inquiète pour les impôts ! »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Xavier
    Mercredi 24 Septembre 2014 à 09:49

    La dégradation du système scolaire français n’a aucun rapport avec la semaine de 4 jours !


    Revenir à 4,5 jours ne changera rien en termes de réussite scolaire, bien au contraire.


    Pour beaucoup d’enfants, la coupure du mercredi constituait une « soupape de décompression » dans la semaine.


    De nombreuses études montrent que l’attention des enfants sur la semaine était plus importante le jeudi, soit après cette pause du mercredi.


    Au contraire, la majorité des enseignants qui ont connu la réforme dès septembre 2013 plaignaient déjà fin 2013 d’enfants fatigués dès le jeudi, avec pour conséquence une irritabilité des gamins, voire certains qui s’endorment sur leur table.


    Hélas, les moutons ( élus municipaux ; fédération de parents d'élèves de gauche et certains enseignants très politisés )  préfèrent suivre le troupeau pour ne pas perturber leur famille politique.  


     


     

    2
    ronin
    Vendredi 26 Septembre 2014 à 09:48

    Je me suis exprimé sur le sujet dans le bulletin du marché aux puces de Beuvry imprimé par union pour Beuvry.

    il faut redouter sur le long terme:

    - le manque de sommeil chez l'enfant donc sa vigilance qui pourrait faire baisser ses progrès scolaire ou autres.

    - le budget .

     

    Je suis utré que l'état au lieu de revoir l'apprentissage de la lecture, calcul pour de meilleure performance .

    Puisque la france compte de plus en plus de jeunesse sachant peu lire et compter à cause des nouvelles " pédagogie ".

    Pour ce qui est des langues étrangères à côté de nos voisins européens .

    Nous sommes encore à la traine.

    Puis l'apprentissage de la " quequettte ", dans les écoles s'impose .

    C'est vraiment plus important que es bases du savoir .

    Chacun ses valeurs pour l'avenir de notre nation qui ne pourra se faire sans un peuple bien adapté

    3
    Gamin
    Mercredi 8 Octobre 2014 à 19:45

    C'est quand même bien dommage que madame le maire ne tient même pas compte de l'avis de ses propres électeurs.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :