• Voilà ce qui arrive quand on s'entête

     

    Voilà ce qui circule sur les réseaux sociaux.

    Voilà ce qui arrive quand on s'entête

    Mesdames et Messieurs les candidat(e)s du Parti socialiste,

    Nous ne voterons pas pour vous aux prochaines élections régionales.
    Vous êtes en effet les représentants d’un parti et les soutiens d’un gouvernement à l’origine d’une réforme dont nous ne voulons absolument pas : celle du collège, imposée sans aucune concertation par la ministre de l’Education nationale, Madame Najat Valaud-Belkacem.
    Nous comprenons bien évidemment la nécessité de réformer le collège et par principe sommes ouverts à tout changement, à tout dialogue à ce sujet. Mais cette réforme, servie par une propagande grossière, indigne et insultante pour les personnels enseignants, vendue avec un habillage pseudo-égalitaire, n’a en réalité qu’un seul but, bien plus sordide : accélérer, au nom d’une logique purement comptable, la marchandisation de l’école, en y introduisant la concurrence, et au-delà creuser les inégalités entre les élèves. Le fait que le syndicat des employeurs, le Medef (dont on peut se demander de quoi il se mêle) et l’enseignement privé applaudissent des deux mains cette réforme, nous semble révélateur de la vraie nature de celle-ci.
    Elle aboutira en effet clairement :
    * A supprimer purement et simplement l’enseignement bi langue (donc, d’abord de l’allemand) et des langues anciennes, latin et grec. Le discours qui accompagne cette suppression et qui reprend une antienne vieille d’un siècle et farcie de lieux communs, assurant que ces enseignements favorisent l’élitisme, ce discours n’est qu’un leurre destiné à préserver, justement, les privilèges de l’élite elle-même. Car il a été prouvé que dans les quartiers dits difficiles, l’enseignement bi langue et des langues anciennes a au contraire favorisé et l’intégration, et la promotion sociale des élèves issus des milieux les plus fragiles.
    * A renforcer les inégalités entre établissements et plus généralement entre communes, départements, régions. En effet, la diversité des offres d’enseignements (disciplines, horaires, E.P.I., etc.) proposées ne pourra que dépendre des moyens qui y seront affectés. Nous fera-t-on croire que, par exemple, un collège de Neuilly proposera les mêmes enseignements qu’un collège de Saint-Denis ? Par ses implications, cette réforme de surcroît va à l’encontre de deux principes fondamentaux de la France : ceux d’une République indivisible et sociale. On comprend mieux, dès lors, le soutien que l’enseignement privé lui apporte.
    * A remplacer l’acquisition des connaissances, des savoirs, par celle des compétences. En termes plus crus, que la ministre se garde d’utiliser : à niveler le collège par le bas. Préservées les élites, cela transformera à terme les élèves en futurs employés dociles, taillables et corvéables à merci, mis à la disposition du patronat, et utiles à celui-ci au moment et au lieu qui lui conviendront. Ceci dans le cadre d’une flexibilité et d’une compétitivité dont on nous rebat les oreilles et qui ne sont que les noms savants et creux dont on pare une servitude moderne.
    * A accentuer les égoïsmes de tous bords, indissociables de la mise en concurrence des professeurs entre eux, que la réforme induit, mais aussi des établissements, des régions. Les égoïsmes sous-tendent l’individualisme lequel aboutit à la destruction du sens du collectif et donc à la fragilisation des personnes face à des employeurs tout-puissants, et confortés dans cette toute-puissance par cette réforme contre laquelle nous nous élevons.

    Celle-ci n’est jamais, le gouvernement s’en cache à peine, que l’expression d’un ultra libéralisme forcené. Elle tourne le dos et même trahit les valeurs qui fondent l’école et auxquelles nous sommes viscéralement attachés, car elles sont aussi les nôtres.

     

    Sachant que ce message est diffusé largement sur internet par d'anciens électeurs PS :

    Que faut-il en penser ?

    Faut-il en vouloir à ceux qui sanctionneront le gouvernement dans les urnes ?

     

    Notre position est claire : on ne peut que déplorer que la sanction se fasse par les élections régionales. Mais nous avions pourtant prévenu que la réforme sur les rythmes scolaires ainsi que la réforme des collèges sont désastreuses et totalement à l'opposé des valeurs d'égalité, et de défense de l'école de la république.

     

    Voilà ce qui arrive quand on s'entête !
    Voilà ce qui arrive quand les élus locaux PS appliquent bêtement un décret au lieu de défendre les valeurs qu'ils sont censé défendre.
    Voilà ce qui arrive quand on focalise sur la qualité et la gratuité des TAP au lieu de reconnaitre les effets néfastes de cette réforme.

    Sachant que si la réforme des rythmes scolaires avait été repoussée avec force et conviction par les maires en soutien aux enseignants et aux parents, jamais la ministre de l'éducation n'aurait osé continuer dans cette logique destructrice de l'école publique.

     
    Beaucoup, comme nous, ont essayé de faire réagir les élus locaux (PS ou non).
    Cette déception là viendra s'ajouter à d'autres et aggraver le désastre électoral annoncé.

     

    Si la presse à fort à faire et se concentre sur d'autres sujets, la mobilisation des enseignants, des autres personnels de l'éducation et des parents d'élèves ne faiblit pas :

     

    Opération Nationale "classe vide" mercredi ou samedi selon les écoles pour demander l'abrogation du décret :

    Voilà ce qui arrive quand on s'entête

     

    Voilà ce qui arrive quand on s'entête

     

    Manifestation unitaire à Paris contre les réformes néfastes  :

    Voilà ce qui arrive quand on s'entête

     

     

    « Le blog Beuvry bouge ne bouge plusHé ho, la – vrai – gauche ! »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Une beuvrygoise
    Mardi 6 Octobre 2015 à 11:34

    Au moins vous reconnaissez que le PS ne respecte pas ce que disent ses propres électeurs !

    à quand un ralliement de votre groupe à l'opposition municipale ? biggrin

    2
    sépamoisélui
    Mardi 6 Octobre 2015 à 19:12

    alors comme ça votre blog redémarre ? Je remarque que comme beaucoup d'électeurs de gauche c'est la grosse déception !

    Ce qui est vraiment bête de la part des élus locaux socialistes c'est d'avoir jouer leur carrière politique pour faire plaisir au Président au lieu de dire en masse qu'ils étaient contre la réforme Peillon ! J'espère juste que le Président de la République tiendra compte de la défaite monumentale qui s'annonce et notamment que les réformes scolaire et la loi ultra droite de Macron seront enterrées !

    3
    Mercredi 7 Octobre 2015 à 18:00

    Réponse à "Une Beuvrygeoise" : N'oubliez pas que ce blog a été ouvert à cause d'une personne de l'opposition qui il y a quelques années déversait sa haine des autres sur tous les blogs de Beuvry. Vous ne voudriez quand même pas que l'on en viennent à se rallier à ce genre de personnes ? Ensuite, quel groupe d'opposition municipale ? Officiellement il y en a 3. Deux des groupes d'élus sont divisés, ce qui nous amène à 5 groupes d'opposition !

    Réponse à "sépamoisélui" : Oui c'est la grosse déception ! Grosse déception d'un gouvernement qui n'écoute absolument pas le mécontentement du peuple Français. Déception d'élus locaux qui ont soutenu la réforme des rythmes scolaires et qui n'écoutent pas toujours les habitants de Beuvry. Nous pensons comme vous que M. Macron fait une politique ultralibérale qui ne correspond absolument pas aux promesses du candidat François Hollande. Nous pensons comme vous que les réformes des rythmes scolaires et du collèges doivent d'urgence être abrogées et que les enseignants doivent être réellement consultés ainsi que les parents.

    4
    PIERRE
    Jeudi 8 Octobre 2015 à 19:05

    Que les socialistes ne viennent pas verser des larmes de crocodiles ! Les élus socialistes sont tous déconnectés de leurs électeurs, ils ont refuser d'entendre le mécontentement, il est trop tard pour se lamenter de ce que donnera le résultats aux élections régionales.

    5
    NANOU
    Lundi 26 Octobre 2015 à 10:18

    Même si on veut pas voter FN en disant je ne vais pas tomber dans le panneau c est pas une raison pour tomber dans le panneau de certains qui vomissent sur le FN alors qu' ils en faisait partie ! on a vraiment des sacré retourneurs de veste dans BEUVRY !!! et en plus après avoir vomit sur union pour BEUVRY maintenant certains en font la promotion !!! c est bien pour cela que les français en ont marre de la politique et finalement ne vont plus voter ou votent FN .

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :